Antworten

Les-Abbayes aux Bois-Baudouin ?

anglier
male
Beiträge: 210
Bonjour à Tous.
Les-Abbayes, ce n'est plus qu'un village situé entre la Bretagne et la Normandie.
Les Bois-Baudouin, où s'y trouvent plusieurs paroisses aujourd'hui, était une forêt au début du Moyen-Âge.
Mais il ne reste aucun écrit. Ce village est situé sur le versant Ouest du MontJouy. Et à proximité passait le chemin de "l'Etain" .
Pourrais-je trouver des renseignements sur ce lieu antique des Gallo-Romain ?
A plus
Denis L.

jerome4
male
Beiträge: 7519
Stammbaum: Nicht grafisch Ansicht
Den Stammbaum ansehen
Bonjour,
Merci d'être plus précis, car les Bois Baudouin ne semble pas être une commune...

Les Abbayes se trouvent dans quelle commune? Quel département, quelle région?
Un village ne peut pas être entre la Bretagne et la Normandie à moins d'être situé sur la frontière...


anglier
male
Beiträge: 210
Bonsoir.
DSC05301.JPG
Aujourd'hui les-Abbayes est un village de la commune de La-Chaise-Baudouin, avant 1800 il était associé à la paroisse de St-Ouen de la Chaise.
Ces paroisses apparaissent entre le XIIIe et XVe siècle.
Avant le XIIIe siècle, il y avait d'un côté le Duché de Normandie et de l'autre la Bretagne. Entre les deux le diocèse d'Avranches, de Dol, mais il n'y avait pas de frontières entre eux.
Or pourquoi ce lieu s'appelle les-Abbayes ? Tout près le MontJouy, le-Chêne-Daniel, etc, situés dans les Bois-Baudouin appartenant aux Abbesses de la Trinité de Caen, de St-Nicolas des Bois à St-Léonard-des-Bois.
Les maisons de Les-Abbayes devaient être occupées par des moines Gallo-Romains ?
A plus
Denis L.

md8491
md8491
Beiträge: 3973
Stammbaum: Nicht grafisch Ansicht
Den Stammbaum ansehen
anglier hat geschrieben:
30 Mai 2021, 20:05
Bonsoir.

Or pourquoi ce lieu s'appelle les-Abbayes ? Tout près le MontJouy, le-Chêne-Daniel, etc, situés dans les Bois-Baudouin appartenant aux Abbesses de la Trinité de Caen, de St-Nicolas des Bois à St-Léonard-des-Bois.
Les maisons de Les-Abbayes devaient être occupées par des moines Gallo-Romains ?
A plus
Denis L.
Réponse à la fin de la page 175 de mon 2ème lien. Il n'y aura donc aucun moine gallo-romain sur place.

M

pascaller
pascaller
Beiträge: 524
Stammbaum: Nicht grafisch Ansicht
Den Stammbaum ansehen
anglier hat geschrieben:
30 Mai 2021, 20:05
Les maisons de Les-Abbayes devaient être occupées par des moines Gallo-Romains ?
Des moines gallo-romains ?? La christianisation de la Normandie a été tardive, notamment dans les zones rurales, à partir des Ve et VIe siècles, après la fin de la période romaine. Les premières abbayes apparaissent à l’époque mérovingienne (Cerisy-la-Forêt, Jumièges, Saint-Wandrille...).
Il n'y a d'ailleurs probablement jamais eu de moines aux "Abbayes". Comme l’indique le livre cité plus haut, la terre tenait ce nom du fait qu'elle était sous la dépendance de l'abbaye de la Trinité de Caen.

Pascal

anglier
male
Beiträge: 210
Rebonjour.
- " Le 30 juillet 1544, Pierre Le Charretier, fils unique de +Raoulin Le Charretier, avoue tenir par foy et par hommage de Nobles et discrètes Religieuses, les Abbesses et Religieuses de Ste-Trinité de Caen, Dames du fief et sieurie des Abbayes en la paroisse de La Chaise de Bois Baudouin, tant pour lui que pour Pierre Novey, un fief ou ainesse en la dite sieurie nommée les Basses Abbayes.
. . . . . . ".
- " Le 5 octobre 1574, devant nous Jean Pichart, escuyer, sénéchal de la sieurie des Abbayes appartenant à Nobles Dames Mesdames les Abbaesses et Religieuses de Ste-Trinité à Caen, et Guillaume Guibert, tabellion royal au siège de Chérencey vicomté Dauray par nous pris pour adjoint.
Pierre Le Dieu, Michel Davy, Pierre De Broize, Vincent Le Charretier, Guillaume Gautier, Jean Novey, Guillaume Novey, et Guillaume de La Porte, les Dessus d'Hommes présents ont rapporté à l'instanée du dit Bonnoeil et Dieu avoir certaine connaissance que les dites Dames Religieuses à cause de leurs fondations de leur abbaye de Caen, dont dépend le présent fief, ont de tout tenus immorial et spécialement depuis trente et quarante ans de recueillir la moitié des gros fruits du bénéfice de La Chèze Baudouin. . . . . . . " ;
- " Le 11 septembre 1602, Guillaume Bonnoëil pour moi et Renée Le Dieu, ma Femme, fille et héritière de +Mathieu Le Dieu, fils Pierre aîné, du fief et aînesse de la Haute Abbaye dépendante de la dite sieurie Consasse et avoüe tenir de Mes Dames les Abbesses et Religieuses de Ste-Trinité de Caen, du fief et Seigneurie des Abbayes en la paroisse de La Chaise Baudouin en la vicomté d'Avranches et tenue du Val de Sée, par foy et hommage la dite aînesse de la Haute Abbaye tant pour moi que pour mes puinés, contenant 84 acres de terre, et partant sa relève quand le cas s'offre . . . . . . "

J'aimerai retrouver d'autres documents d'avant celà ; entrer au moyen-âge !
A plus
Denis L.

pascaller
pascaller
Beiträge: 524
Stammbaum: Nicht grafisch Ansicht
Den Stammbaum ansehen
Bonjour,

D'où proviennent les textes que vous citez ? Il s'agit probablement d'aveux appartenant aux archives de l'abbaye la Trinité de Caen, conservées aux AD du Calvados : https://archives.calvados.fr/ark:/52329/rxgwql4pmzdt
Mais pour retrouver les textes en question, il faudrait avoir les cotes précises, les registres étant très nombreux (23 mètres linéaires).
Les aveux des terres dépendant des grandes seigneuries, notamment monastiques, permettent parfois de remonter au Moyen Âge, aux XIV et XVe siècles.

Pascal

anglier
male
Beiträge: 210
Bonsoir à Tous.
"-La-Chaise-Baudouin XI - XIIe siècle : Des paroisses formées à l'emplacement du Bois-Baudouin, celle de La-Chaise doit être considérée de fondation plus ancienne en raison du nom féodale qui évoque plutôt une demeure seigneuriale . . . d'importance secondaire . . . certes ! Pour le puissant seigneur Baudouin de Môles, second fils de Gilbert, Comte de Brionne et d'Eu qui en était maître au XIe siècle et lui laissa son nom.
Baudouin fit donation en 1066 à l'abbaye de la Ste-Trinité à Caen de terres considérables, en particulier de l'endroit connu sous le nom Les-Abbayes.
Le nom de la paroisse n'apparait cependant qu'au XIIIe siècle dans le registre des fiefs de Philippe Auguste sous l'indication "La-Chèze-Baudouin".
La paroisse était divisée en divers fiefs appartenant à plusieurs Seigneurs."

* * *
Voici la retranscription d'un "acte" fait à Caen en 1066 :
_BauDouin.JPG
_BauDouin_.JPG
A bientôt.
Denis L.
Zuletzt geändert von anglier am 10 Juli 2021, 19:16, insgesamt 2-mal geändert.

anglier
male
Beiträge: 210
_BauDouin__.JPG
_BauDouin___.JPG
Rebonjour.
Je rapporte quelques renseignements sur "Les_Abbayes_des_Bois_Baudouin" :
- "Ces Bois-Baudouin s'appelait "Foresta Abrincatina" lorsque Baudouin de Môles, Comte de Brionne et d'Eu, en fit donation à l'Abbaye naissante de Sainte-Trinité de Caen en 1066.
De même que la Chèza-Balduini, qui s'écrivait "Casa-Balduini", la Chaise de Baudouin, avait de grandes propriétés dans cette contrée. Aux Abbayes il y avait un manoir avec Chapelle, où une maison principale conserve une belle cheminée de campagne à corniche , en granit taillé, reposant sur deux corbeaux de granit à volutes nervurées d'inspiration renaissance de très belle facture, évidemment rares.
Au bout de la pièce un escalier à vis en pierres de granit appareillées d'une longueur de 1 m 40 s'appuyant sur une fine colonnette.
Sur le côté Nord un couloir au sol surélévé qui, une fois franchie la porte, donnait la possibilité d'accéder à un passage en souterrain (*).
L'autre vestige intéressant vient d'une modeste bâtisse, à usage profane et autrefois ancienne chapelle des Abbayes, aux murs épais possédant comme marque extérieure un croissillon noyé dans la maçonnerie au faîte du pignon Est.
Dans le fond de cette chapelle était jadis l'autel, démoli par un ancien propriétaire. Seule reste l'empreinte d'une niche cintée s'inscrivant en creux dans la maçonnerie.
L'ensemble des terres des Hautes et Basses Abbayes avec leurs extensions sur les paroisses mitoyennes devint en 1749 la propriété d'un non noble.
Et depuis, les terres des Abbayes ont été partagées en plusieurs fermes.

A bientôt.
Denis_L
(*) - . . . fermé par une porte. Il donnait la possibilité d'accéder , d'après une légende , au Domaine, des de-Billeheust, à Braffais, qui est situé à 4 Kms, (?) ;
Zuletzt geändert von anglier am 12 Juli 2021, 17:16, insgesamt 2-mal geändert.

anglier
male
Beiträge: 210
Bonjour à Tous;
[Avant 1579, et après 1544 :
- Le fief noble des Abbayes sis en la paroisse de la Chèze Baudouin en la vicomté d'Avranches ( le vicomte d'Avranches était l'évesque d'Avranches), appartenant à Nobles Dames et discrettes Religieuses de Ste-Trinité de Caen, bute d'un but à la terre et sieurie du Val-de-Sée appartenant au roy notre sire ; d'autre but et en partie du côté à la terre et sieurie de Chérencé le Héron appartenant aux hoirs de feu le sieur Comte de Montgommery ; et d'autre côté au fief et terre de St-Jean du Coural appartenant en partie à noble homme Gilles Hérault Sr de Plomb. Le dit fief contenant trois aînesse :
La première nommée, la fief des Hautes Abbayes contenant quatre vingt quatre acres et demie, dont est aîné Pierre Le Dieu, fils de Feu Mathurin Le Dieu.
La seconde aînesse nommée, la Basse Abbaye dont en est aîné Vincent Le Charetier, contient dix huit acres de terre.
La troisième nommée le Lassendière, contenant vingt huit acres de terre dont est aîné Pierre De Broize, Fils de feu Gilles De Broize.
- Dans la copie de l'acte du 11 sept.1602 :
"De Nobles Dames les Abbesses Religieuses de St-Trinité . . . . .
. . . . . . tant que pour mes puinés, c'est à savoir, haut et puissant Messire Beuves Dauray, chevalier de l'ordre du roi, gentil homme ordinaire de sa chambre, Sieur Baron de St-Paër, MontJoye, Baumoncel, le Montier, Seig. du MesnilDot et Gouy, puiné au dit fief de la Haute Abbaye, tient les terres cy après déclarées. Et premièrement un manoir nommé les Hautes Abbayes, dont y a une maison 'manable' avec la cour fermée de murailles, deux maisons et un colombier à pigeons annexés à icelle, cour avec les jardins, lesquelles maisons cour et jardin à herbes, contiennent vingt vergées, trois quarterons.
. . . . . . . Cy dessus déclarées, le dit Sieur Baron doit et paye des rentes, droits et devoirs sieuriaux que doit le dit fief de la Hautes-Abbayes. /i]
A plus
Denis L
Zuletzt geändert von anglier am 06 Juni 2021, 12:52, insgesamt 1-mal geändert.

anglier
male
Beiträge: 210
A Tous bonjour
-Parmis les puinés en 1544 :
p.1) - Pierre Novey, un fief ou ainesse en la dite sieurie nommée la Basse Abbayes contenant icelle aînesse quatre vingt et une vergées, 14 perches.
p.2) - Pierre De Broize, à cause et pour raison des quelques terres ; Martin Lothym et d'autre but à Michel Picquot.
p.3) - Par moy Jean Pichart, escuyer, sénéchal du dit lieu, reçu par honorable Homme Guillaume Le Timonnier procureur et fermier des dites Dames (les Religieuses).
p.4) - N.H. Beuves d'Auray, Sr Baron de St-Paër ; Jean Quinedort, à cause de sa Femmme ; Guillaume de La Porte et ses frères ; Denis et Pierre dit De Broize ; Marguerin Le Pennetier et Maguais Trublet ; Guillaume De Broize et Guillaume de La Porte ; Jean Novey ; Jean Quinedort et Guillaume Gautier.
p.5) - Le cinq octobre mille cinq cent soixante dix neuf, devant Jean Pichart, écuyer, sénéchal de la sieurie des Abbayes, et guillaume Guibert tabellion royal au siège de Chérencey, Pierre Le Dieu, Michel Davy, Pierre De Broize, Vincent Le Charetier, Guillaume Gautier, Jean Novey, Guillaume Novey et Guillaume de La Porte ont apporté à l'instance du dit Bonoeil et Dieu avoir certaine connaissance que les dites Dames depuis 34 ans. . . .
p.6) - le 10 octobre mille cinq cent soixante dix neuf, . . . . , Honorable Homme Jullien Dolley, 60 ans ; Jacques Davy, 70 ans ; Jean Pitel, 60 ans ; Gilles Dolley, 60 ans ; Jean De Broize, 60 ans, Tous de la paroisse de La Trinité.
p.7) - du dit jour, devant les dits Sieurs Pichart et Guibert : Pierre Françyes, Julien Davy, Sanxon Ménard, Robert Chapel, Guillaume Chapel, Robert Menard, Yves Ménard, âgés 60 ans environ tous de la paroisse de Bourguenolles.

A plus Denis_L

anglier
male
Beiträge: 210
Bonjour.
Descendance d'Auray :
- Les Religieuses conservèrent les dîmes mais vendirent les terres qui échurent au Seigneur local du nom 'de La-Chèze'. La seule descendante connue, Béatrice de La Chèze, épousa, au XIVe siècle, Robert Le Servain, Seigneur de St-Paër, en lui apportant en dot le fief des Abbayes.
De leur union ils n'auraient eu qu'une fille qui s'unit en 1414 à Jean de Meullan, gentilhomme, descendant des comtes de Vermondois.
Leur petite fille, Jeanne de Meullan, héritière de la baronnie de St-Paër le Servain, épousa en 1448 Jean d'Auray, issu d'une noble famille originaire de Bretagne.
-Leur arrière petit fils, Beuve d'Auray, qui, par son mariage avec Jeanne du MesnilDot, eut plusieurs garçons.
D'abord Georges, l'aîné, auteur de la branche des d'Auray de St-Pois, et entr'autres Odet.
-Odet d'Auray, Sieur des Abbayes, épousa, vers 1630, une fille Tesson de la Mancellière, Léonore. Ce couple eut une fille et trois garçons :
1 - Lèonore devint, par son mariage avec Jacques de la Barberie, Dame de Reffuveille.
2 - Charles hérita du fief des Abbayes, épousa à Coulouvray Elizabeth Danjou, fille de Côme Danjou, écuyer, qui décéda le 12 décembre 1665, et se remaria avec Marie-Anne de BilleHeust en 1668. Il décéda à Coulouvray le 20 juin 1685.
3 - Nicolas, né en 1635, Sieur des Abbayes, avait épousé Catherine du Perron. Il s'est éteint à la fin du siècle. C'est son neveu, Pierre (-Louis) d'Auray qui lui succédera aux Abbayes.
4 - Beuve, ? -, habita Coulouvray sous le nom de Sieur de Beausault.

- Pierre d'Auray, né le 28 février 1669, fils aîné de Charles, héritier du fief des Abbayes, vînt s'y fixer. Où il décéda avant 1749.
L'ensemble du fief, des Abbayes, fut vendu à Michel Porqué de Vire
.
A plus. Denis_L.

anglier
male
Beiträge: 210
Rebonjour, . . .
"Les Abbayes des Bois Baudouin",
- A La Chaise Baudouin, au village de La Porte, une inscription sur le linteau d'une porte : " + F.P.G.L. PLR 1735 " > + Fait Par Guillaume Le PeLtieR 1735.
- Guillaume Le Peltier, de La Porte, était membre du conseil des paroissiens. Homme pieux et charitable. Il devait faire partie des aides hospitaliers de l'Ordre de l'Hospital d St-Jean de Jérusalem, et était tenu de placer une croix de Malte sur la cheminée de leur maison.

* * * * * * * *
- Jean d'Auray, escuyer, épousa Dame Jeanne de Meulent, fille de Thomas de Meulent, chevalier, Seigneur de St-Paer et de Courceulles. Jeanne était la seule fille du premier mariage de Thomas avec Béatrix d'Ivoy, et avait une sœur nommée Perrine d'Auray, seule fille du second mariage de son père avec Jeanne d'Avaugour.
- Perrine fut mariée avec Guillaume de Rosenininian, chevalier, premier échanson du roy.
- Entre ces deux soeurs leurs marys se firent des partages le 20 may 1459, par lesquels la baronne de St-Paer, la Rochelle en Bernières, Belle-Fontaine, Montigny, . . . etc, qui était le premier lot échure à Jeanne ; son mary prend en ce temps là le titre de noble homme Jean d'Auray, escuyer baron de St-Paer le Servain, Ferrières, Belle-Fontaine, . . . etc. Jean d'Auray prouva sa noblesse devant Monfaux dans le comté de Mortain sous la paroisse de St-Paer l'an 1474. Ils eurent un fils, nommé Jean.
* * * * * * *
- En 1403, la Chaèze Baudouin se trouvé dans la sergenterie Poulain de Ponts avec St-Jean du Courail, Le Grippon, . . . : dans les actes, en 1425, de la chancellerie d'Heni VI, roi d'Engleterre, on y relève "la chièze Baldouyn".
- Vers 1376, Bertrand du Guesclin, patron de l'église de Cormeray, a acquit de son cousin, Robert de Brucourt, chevalier, seigneur de Maisy, et d'Alix Painel, sa Femme, de la chatellerie de Maisy avec ses dépendances, dont les terres de la Haye-Painel, Le Tanu, Le Luot et Cormeray.
- De même que Henri de thiéville, chevalier, patron de La Trinité, fils de Robert de Thiéville, seigneur de Vains, de Chantore et du Mesnil-Garnier, possède une vavasserie dans les paroisses de La Trinité, St-J.du Coural, la Chaise Baudouin, Bourguenolles, Noirpalu et la Lande d'Airou. De son mariage avec Isabelle de Meulan, Dame de Milly, Henri de Thiéville eut une fille, Catherine, qui épousa Olivier de Mauny, écuyer. Unique héritière des biens de Thiéville, Catherine les fit ainsi passer dans la famille de mauny. D'où naquit Marguerite de Mauny, qui se maria à Jean Goyon , Sire de Matignon.
- Le baron de St-Pois et de Bellefontaine s'appelait Robert Servain. Sa fille, Marguerite Servain, se maria à Jean de Meulan, écuyer, qui en fit hommage en 1412 au roi ?, d'Engleterre, à cause de sa femme pour la baronie de St-Pois.
A plus
Denis L.
Zuletzt geändert von anglier am 29 Juni 2021, 17:38, insgesamt 1-mal geändert.

anglier
male
Beiträge: 210
- Bonjour.
La_Forêt_Beaudoin.JPG

-
- Foresta-Abrincatina, la forêt d'Avranches, fut donnée, en 1066, à l'abbaye naissante de Ste Trinité de Caen par Baudouin de Môles, fils de Gilbert, comte de Brionne.
Une grande partie du territoire, de St Nicolas des Bs à St Léonard des Bs, était couverte par cette forêt. Représentée sur cette carte, fin du XIIe siècle, elle a disparu depuis longtemps et n'est plus représentée que par des débris insignifiants dans le livre vert sous le nom de Boscus-Balduini.
Depuis le XVIe siècle elle fut déboisé laissant quelques bois par ci par Là. D'autres forêts ont disparu également :
- La forêt de Bivie occupait une partie des communes de St-Michel-des-Loups, Carolles et Champeaux.
- La forêt de Savigni, foresta de Savigneio, en 1112, fut donnée par Radulphe de Fougères à St-Vital qui y fit construire un célèbre monastère.
- La forêt de Courbefosse, Curva Fossa, fut donnée à des moines prémontrés qui y fit construire un monastère, l'Abbaye de la Lucerne d'Outremer.
- Le bois du Parc enveloppait en partie le castrum des évesques d'Avranches, sur la commune de Ste-Pience.
- Le bois de Prael, en St-Aubin des Préaux, St-Planchers et St-J. des Champs, appartenait aux Religieux du Mt-St-Michel.
- Le bois de Montjoie, Mont-Gaudi, fait suite à la forêt de St-Sever.
_ _ - Orographie de cette contrée :
Quelques soulèvements nous ont laissé quelques monticules et collines, un terrain bizarement contourné. Au Nord Est de la Sée le point culminant 368 m, la Butte de Brimbal, en Chaulieu. Puis d'autres lieux haut placés, Le Mt Robert 237 m à St-Pois, le BeauMoncel 333 m et la Naizière 280 m à MtJoie, l'église étend construite sur un mamelon de 321 m, le Mt Levon 211 m entre le Mesnil-Gilbert et St-Pois, le Mt Perlé 302 m en Périers en Beauficel, le Mt Chabot 338 m en Vengeons.
- A l'orient, le Mt Héry 312 m en Sourdeval, les Herbeux343 m, la Butte lesard 306 m , la butte de la Touche 307 m dans la commune de Ger, Chaulieu 367 m.
- Le pic de l'Ermitage, point culminant de la Mt Joie d'où la vue s'étend sans limites, 314 m.
- Après les monts du val de Mortain, il ne reste que les collines granitiques qui se dirigent vers la mer, en diminuant de hauteur. Elles forment trois lignes palléles au Nord de la Sée, entre la Sée et la Sélune et au Midi.
Les principales altitudes en partant de St-Pois :
- Le Nid-au-Jan, 264 m en Coulouvray ; la Hérissière, 206 m à St-Martin le Bt ; la Butte, 235 m en la Chapelle-Cécelin ; le Mt-La-Berge, 224 m entre St-Pierre et Ste-Cécile ; la Butte de Vieux-Manoir, 205 m en Rouffigny ; la Corbière, 183 m, et les Monts, 196 m en La Trinité ; le MontJouy, 219 m à St-J. du Coural ; la Butte de la Vallée, 178 m, et les Hts-Monts, 166 m en la Chaise Baudouin ; la Butte de La Porte, 203 m en Ste-Pience.
- Inf. à 200 m. Aux Châteaux-Turbotins, à Braffais et la Trigale, à Ste-Eugienne, 129 m ; la Butte de Plomb, 183 m ; le Tertre de Neuville, 115 m, au Nord de St-J. de La Haize ; le Mt-Servot, 122 m en Subligny ; la Butte du Grippon, 123 m ; le Vesval, 107 m en Lolif ; le Moret, 121 m entre la Rochelle et Champcervon.
Cours d'eau, rivières
Le plateau de Chaulieu, La Butte de Brimbal, donne naissance à nos grandes rivières sur les flancs de ces collines.
- Vers le bassin de la Loire, se jetant dans l'Océan Atlantique, l'Egrenne avec la Sonce s'unit à la Mayenne. Le Colmont, Colmia, reçoit les ruisseaux de St-Aubert, de Longuève, va se perdre aussi dans la Mayenne.
- Vers la Mer de la Manche occidentale :
- - La Sée, Segia vel Saea, longe le pied des Collines qui divisent son bassin de celui de la Sélune, où coulent quelques ruisseaux, dont la Boienne. Sur sa rive droite, le soulèvement septentrionnal étant plus éloigné, de charmantes rivières descendent des Monts :
- - - La Surde, Surda, reçoit le ruisseau de Clesson traversant la commune de Sourdeval, Surda-Vallis.
- - - Le Glanon vient de Gathemo, passe le Pont-Robert et rejoint la Sée près de l'église Des Cresnays.
- - - Le Bieu prend sa source au pied de l'église de la Chapelle-Cécelin et va s'étaler en delta à Vernix.
- - - Le Limon, Rivulus qui dicitur Limon ,dit la plus vieille charte de l'église d'Avranches, en 1020, traverse l'étang du Parc, où se dressait jadis le château-fort des évesques, forme une cascade près des Châteaux Turbotins, passe Ste-Eugienne et s'allie à la Sée en Tirepied.
- - - La Broize commence près de la butte de La Porte en Ste-Pience, passe à Subligny, à Lolif et se perd dans la Sée au Pont-Corbet à St-J. de La Haize.
- - - Le Souliet commence au MontViron, puis sépare Vains et Bacilly, et se jette dans la Sée au pont de Marcey.
- - La Sélune ; Le bassin de la Sélune est le plus grand de l'Avranchin. La Friette, sa source, se trouve sous le Montreuil à 170 mètres d'alt. Passe au Pont-Aubault avant de s'étaler dans la Baie entre le Mt-St-Michel et TombeLaine.
- - Le Couesnon prend sa source sur les frontières du Maine, et sépare la Bretagne et la Normandie jusqu'au Mt-St-Michel.
- - L'Airou, afluent de la Sienne, prend sa source au MontJouy. Passe à Chérencey, Rouffigny, Bourguenolles, La Lande, Le Tanu, Champrépus, Beauchamp, rejoint la Sienne en face du Château de Ver. La Sienne prend sa source au Sud de la forêt de St-Sever, traverse St-Maur des Bois, passa à VilleDieu, Gavray, . . . . ;
- - Le Lair, Lerra,qui vient du ChampCervon, passe au château de la Rousselière à Bacilly, au pont de Genest, puis se mélange aux eaux de la Baie.
- - Le Thar prend sa source sous le tumulus de la Butte-Montjoie, passe entre la Mouche et le Tanu, entre La Lucerne et la Haye-Pesnel, près de l'Abbaye de la Lucerne et alimente la Mare de Bouillon.
- - - Parmis les lacs et les étangs
- La Mare de Bouillon, traversée par le Thar. On lui trois kilomètres de circuit.
- L'étang du Parc, entourant jadisla motte féodale des évesques du diocèse d'avranches.
- L'étang du Grippon, près du croisement de la route de la Haye-Pesnel à Avranches et le chemin vers le Mt St Michel.
- - - En Foresta-Abrincatina
- - D'anciens itinéraires se croisaient à cet endroit, le Chêne-Daniel.
- Une de ces voies Montaises vers le Mt St Mi, la n°8, est un ancien itinéraire Englo-Norman d' Avranches à Vieux, près de Caen. Elle a un tronçon commun avec la voie n°7. Depuis Ponts elle file vers le N.E., passe Saut-Bernon entre La Trigalle et les Châteaux Turbotains après une forte montée de 60 à 130 m. Après La Faverie, elle rejoint la voie n°18 jusqu'au Chesne Daniel,carrefour de voies ( voir le dessin sur un des mesages précédents), avec des lieux-dits Le MontJouy, La Mare Saint Martin, Les Abbayes et Le Domaine, une immense parcelle de 750 m du Nord au Sud par 500 m de l'Est à l'Ouest. Puis le Bourigny et Boisbenastre, la voie quitte la cité au passage de la Sienne, traverse la forêt de St-Sever et continue vers Etouvy.
Au carrefour du Chesne Daniel, un second troncé, 8b, parallèle au précédent, quitte Chérencey par le Nord de l'ancien village de Coupigny pour rejoindre le tracé précédent.
Des éudes récentes, entre Avranches et Mortain, ont permis de définir un itinéraire permettant de relier le Nord du Cotentin au Sud de la France qui servait à écouler le trafic de bronze et d'étain. Venant de Ste-Cécile, passant au Vieux bourg de Chérencey, le Chesne Daniel, le Mont Jouy, la Fullonnière, St-Nicolas des Bois.
La route venant de la Faverie et se dirigeant vers Bourigny serait une voie de communication reliant Legédia à Vieux, près de Caen, la capitale des Viducasse. Legédia était la capitale des Abrincates à l'époque des Gaulois.
Le Mont Jouy ;
Montjouy est tout simplement la déformation du mot latin Jovy qui veut dire Jupiter, Dieu romain du ciel et de la foudre.
De nombreux historiens affirmaient que le Montjouy fut d'une part un point d'observation et de campement des Romains, et d'autre part un haut lieu de Duidisme.
Du côté du midi, du Montjouy, un endroit se nomme la Vendrinière (prêtresse de Vénus). Les Abbayes sont du côté Ouest, et le Chesne Daniel du côé Nord. La Vendrinière est un village bien connu de St-Jean du Corail des Bois au flanc Sud du Montjouy. "Une route gauloise coupaient la Sée à son gué et remontait vers la Nord. Elle s'avançait dans la direction du Mont Jovis et de la Vendrinière, sur lesquels l'étymologie des noms annoncent que jadis furent élévés des temples à Jupiter et à la Vénus infernale (?).
Près du Chesne Daniel, une parcelle dénommée la Maladrie ( Maladrerie) d'origine moyenâgeuse remontant à l'époque de la Lêpre propagée par les croisades devînt partout un véritable fléau. "Henri II Duc de Normandie, roy d'Engleterre aurait encouragé au XIIe siècle ses vassaux a créer des léproseries et maladreries à l'écart des villages pour éviter les contagions."
* * * * * * *

Géologie
- La première enveloppe de la terre, dans l'Avranchin, est représentée par des schistes maclifères, des gneisses ou des leptynolites ; les premières éruptions, formant les montagnes, sont de granit.
- Le terrain sédimentaire sont des phyllades, des grauwackes, des poudingues, des grès rouges, de la lidienne et des conglomèrats porphyriques.
- Si le territoire de Mortain a été le plus disloqué, c'est à Chaulieu que la force soulevante à concentré toute son énergie.
D'immenses forêts couvriront la majeure partie de ses collines et de ses plaines. Et bientôt sera formée la capitale antique des Abrincatui, Ingéna.
- La principale roche éruptive est le granit de trois chaines de collines parallèles se dirigent de l'Orient à l'Occident. Celle du Nord, la plus considérable, commence à Chaulieu pour atteindre les falaises de Carolles et disparaitre sous les flots. Ce granit, avec son grain fin et d'une couleur gris-bleu est dur et peut être sculpté avec délicatesse. Ses éléments constitutifs, la quartz, le feldspath et le mica en contact avec certains oxides lui donnent quelques fois une teinte rouge oe verdâtre.
- Des poudingues exciste dans trois cantons, Granvilles, La Haye-Pesnel et Villedieu, composés de quartz, de lydienne et quelques grains de fiedspath.
_ _ _ _ L'avranchin est très pauvre en ressource minière. Les rares indices découverts récemment ne présentent pas d'intérets économiques.
- - Trois sites alluvionnaires à wolfrans sont archivés à la banque des données du sous-sol de B.R.G.M. ; ils s'intègrent dans un ensemble de placers dans l'ambiance du massif granitique de Carlles-Vire. L'un d'eux renferme des traces d'or. un autre gîte alluvionnaire aurifère est signalé à l'Est du massif de Chalandrey, mais sa localisation exacte n'est pas précisée. Enfin l'indice de cuivre, mentionné en 1928, n'a pas été retrouvé. _ _ _ _ _
- - "Le massif granitique de Vire à Carolles, isolé en partie par l'étroite coupure de la Sée, double au Nord de Sartilly à Vire, ce ruban de hauteurs, se prolonge irrégulièrement vers l'Est. Sur 20 carrières connues, 14 étaient exploitées."
* * *
A Plus
Denis L.

Antworten

Zurück zu „Mémoire des lieux“